Hotelbewertungen
„Fast so schön wie die Sixtinische Kapelle“
„50 Künstler gestalteten die Räume unvergleichlich. Individueller geht's nicht!“
„Berlin is worth a visit for this art hotel experience alone“
„Räume wie Träume“
„Ich danke allen, die hier etwas geschaffen haben, was einmalig ist: ein Hotel, in dem Kunst gelebt wird.“

Dr. Tayfun Belgin
„Berlins charmantestes Hotel; ... faire Preise, allerbeste Lage.“
„This hotel is dangerous territory as it leaves you craving to go back“
„Alle Räume Unikate... man fühlt sich wie Alice im Wunderland“
„Im Künstlerheim Luise verschmelzen Wirklichkeit und Inszenierung“
„Hotel con aires de museo“
„Each room is a treasure chest of creativity and quirkiness“
„THE ART OF ORIGINALITY“

avant (1994) et après (2004)

Du laboratoire artistique au complexe hôtelier

L'idée date d'avant la chute du mur: construire à Berlin un petit hôtel où artistes et amateurs d'art pourraient vivre et travailler, où l'on ferait de la musique, où l'on pourrait se rencontrer...

Les premières années suivant la chute du mur offrent brusquement cette possibilité. Il règne à Berlin un vent de renouveau et une certaine anarchie, les choses ne sont pas encore en place à Berlin-est. Après 40 ans de politique de la ville de RDA, de nombreux bâtiments endommagés ne sont administrés que dans l'urgence par la société de construction locative. Les anciens propriétaires et héritiers commencent à revendiquer leurs biens immobiliers étatisés. Il est alors plus intéressant de louer provisoirement ces bâtiments plutôt que de les laisser s'abîmer davantage. Et c'est à ce moment qu'est mis sur pieds le "Künstlerheim"(gîte d'artistes).

1994: Blick vom Dach zur Spree

En juillet 1994, on loue dans la Luisenstrasse pour 1000 Marks la partie habitable d'un immeuble classique laissé à l'abandon, celui-là même qui sous l'Allemagne de l'est abritait le légendaire club d'artistes "Möwe". Tout autour, le quartier est plutôt désolé: le Reichstag vide attend d'être emballé par Christo avant d'être réhabilité, et côté ouest, c'est le désert où passaient la frontière est-allemande et le "Todesstreifen" (la bande de la mort qui longeait le Mur) le long de la Spree. Du quartier gouvernemental, rien encore.

On projette, en collaboration avec des artistes, d'aménager un hôtel sur les étages supérieurs, le rez-de-chaussée devant être dédié aux ateliers et appartements. Sans concept clair à l'origine, le projet doit prendre corps et se développer au fil des interventions artistiques. Dans la cuisine commune du gîte, dans la bonne tradition existentialiste, on discute jusque tard dans la nuit!

Malgré une réputation bien établie par les médias et une clientèle fidèle, le "Künstlerheim Luise" est menacé de fermeture en 1997 en raison de l'expiration du bail et de l'état dégradé du bâtiment.

Et pourtant, pas question de renoncer. "Tout changer pour que tout reste tel quel" devient le slogan de survie.

Un investisseur, un développeur de projet et un architecte sont engagés pour faire de ce laboratoire artistique un hôtel confortable et économiquement viable.

2003: le nouveau bâtiment (cour intérieure)

En raison du léger désagrément sonore dû au passage de la S-Bahn à proximité de l'hôtel, on fournissait à l'époque les boules quies avec la chambre.

À l'automne 2001, on décide de fermer la cour donnant sur la ligne de S-Bahn par un nouveau bâtiment afin d'atténuer le bruit. Cette nouvelle annexe est inaugurée en mars 2003 par le ministre fédéral en charge à l'époque. L'hôtel dispose désormais de 50 chambres et d'une salle d'exposition.

Fotos aus der Zeit 1930 bis 1985 Berlin Mitte Luisenstraße

Berlin 1930 Reichstag
Berlin 1945 Luisenstraße
Berlin 1985 Luisenstraße

Vom Landesarchiv freundlicher Weise zur Verfügung gestellt.