David Dalla Venezia (Venedig)

Dangerous Books / Livres Dangereux

Ce qui fait de l'homme ce qu'il est, c'est à dire la conscience de soi qui transforme son regard en instrument d'enquête et compréhension du monde dans le quel il vit, est la connaissance.

L'émersion de l'indifférence du temps dans l'histoire a trouvé et trouve encore sa forme dans l'écriture, et le livre est le symbole qui marque cette différence.

L'histoire de l'humanité est donc "livre", léger quand il permet de s'élever au dessus des contingences, pesant quand il reporte à la réalité de la condition humaine, un conflit constant entre bien et mal, entre liberté et oppression qui forme la courbe de cet envol.

Mais avant l'écriture, et après, vient l'image...

Une multitude de livres rouges -rouge comme la braise qui peut y brûler ou même bien les brûler- aux pages blanches -blanc purifié par le temps et pur comme ce qui est à venir- sur un fond noir -fondement et fondation indéfini et encore indéfinissable- qui volent, pirouettent, tombent et retombent dans un vortex infini.

Cette œuvre, cette chambre est donc une invitation à vivre et à ne pas oublier la grandiose et inéluctable présence de cette relation d'amour et de haine qui est le moteur de l'existence humaine.

Dans la chambre, comme ultérieur témoignage, une sélection de livres est disponible à la lecture. Ce sont des  livres de tous temps qui ont sus et savent révéler et solliciter cette instance de liberté et vérité en continuelle évolution.

La définition "livres dangereux" vient de l'écrivain italien Roberto Saviano, auteur de livres dangereux et pour cela toujours en danger lui même, la vie du quel est dévoué à la divulgation de ce genres livres. Le titre "Livres Dangereux" que j'ai voulu donner à cette œuvre est donc un hommage à son courage.